Comment proposer une rupture conventionnelle ?


Dans un contrat de travail à durée indéterminée, les conditions de rupture sont parfois difficiles. En effet, soit c’est le licenciement, soit c’est la démission. Heureusement, une troisième option s’offre au salarié qui souhaite quitter son emploi sans encombre. Il s’agit d’un système appliqué depuis fin 2008, la rupture conventionnelle du contrat de travail. Toutefois, lorsque l’initiative provient du travailleur, l’employeur a la faculté de refuser de signer ladite convention. Ci-après ce qu’il faut savoir :

Avantages de la rupture conventionnelle

Comme cité plus haut, le plus grand avantage de la rupture réside dans le fait qu’il permet de se soustraire aux désagréments de la démission et du licenciement. En outre, le salarié sortant bénéficie d'un montant issu du calcul de l'indemnité de rupture conventionnelle. A part cela, les raisons du départ ne sont pas divulguées. Par analogie, il s’agit d’un divorce à l’amiable pour les professionnels.

Étapes de la rupture conventionnelle en CDI

Rupture conventionnelle

La première chose à faire est la préparation. Cela est valable tant pour le salarié que pour l’employeur. Cette préparation inclut celle des arguments, de l’entretien qui en découlera et celle de la suite. Ensuite, l’employeur convoque pour un entretien après réception de la proposition de rupture. Suite à la conclusion de la rupture conventionnelle le salarié sortant perçoit une indemnité.

Issues de la rupture

Selon la date convenue, le premier effet de la rupture est le chômage du salarié. Toutefois, ceci n’est pas valable si la rupture conventionnelle causant le chômage fait partie du processus pour l’intégration de l’employé dans une nouvelle entreprise. Suite au calcul de ses indemnités, l’employé qui part perçoit une indemnité qui est au moins égale à la somme qu’il aurait perçu s’il avait été licencié.